Jonathan Littel

jonathan-littel

Wow, juste pour dire que ce midi je mangeais dans une brasserie rue Mouffetard (à côté du bureau, et oui même un 11 novembre, on tourne des trucs marrants…) et qu’en entrant j’ai bloqué.

Assis à une table en train de discuter il y avait Jonathan Littel.

Évidemment je n’ai pas osé aller lui parler (pour dire quoi en même temps), mais bon voila, cet homme est… (à l’image de ce que j’aurais pu lui dire, j’en perds mes mots)…

Lisez Les Bienveillantes vous comprendrez (prix Goncourt 2006).

Bref, voilà, il fallait que cela sorte.

Hubert Selby, Jr.

hubert-selby.jpg

Génie de la littérature Americaine, Hubert Selby a longtemps été considéré comme un paria. Toxico, pointé du doigt comme « Démon », censuré…
New Yorkais de naissance, Brooklyn plus précisément (quartier qui lui sera cher dans ses différentes oeuvres), il finira ses jours à Los Angeles. Il nous quittera en 2004, à 76 ans des suites de complications pulmonaires qu’il aura trainé toute sa vie…
Hubert Selby a réussi là où beaucoup se
sont discrédités: faire resssentir la solitude, la crasse, la drogue, la tristesse mais également la joie, la puissance d’un sourire…
Selby avait de ce génie naturel, inutile de forcer la vérité, ses phrases suintent la vie, la vraie, celle que l’on rencontre à chaque coin de rue. Chacuns de ses livres est une invitation au voyage du réel, Selby ne nous emmène pas vers de nouveaux cieux, il nous claque la gueule contre le bitume, on en perd une dent au passage et on peine à se relever…
Vous le connaissez probablement sans le connaître,
Requiem For a Dream est une adaptation de son livre…
Je recommande
Last Exit To Brooklyn (1964), Le Démon (1976), Le Saule (1998), ils ont chacun leur atmosphere bien propre et la dernière page est toujours ce supplice de tantale, pourquoi est-ce déjà la fin?