Angeleye – 1 Day

Le film anglais 1 Day suit un mec en bad total pendant une journée entière.
Il doit récupérer de la thune qu’il n’a pas pour son pote chef de gang…
Bref, un film gangsta comme on en a déjà vu.
Sauf que dans ce film, les mecs tapent des phases hip hop et se mettent à chanter des trucs bien lourds.
Dès le deuxième titre qui se déclenche dans le film « What You Looking At » j’ai compris que la bande son était solide (tout en hallucinant sur la tournure du film en mode comédie musicale).
J’ai vraiment kiffé au final, et le titre « Angeleye » avec 33 et 4th Lord est clairement la bombe de la bande originale.
Les artistes qui posent dessus sont inconnus, ou alors vraiment très underground puisque c’est vraiment chaud de toper des infos et des titres d’eux (à part vite fait 4th Lord).
Je vous recommande chaudement d’acheter en téléchargement sur Amazon la bande orignale du film, tous les titres sont bons, « Angeleye » valant vraiment le coup avec le gros son à balle.
Ici je ne peux que vous proposer la phase du film, elle est cool bien sûre mais le son est moins puissant que le titre dispo sur la b.o…

Tremé et Hero Corp

Sont deux séries que je vous recommande chaudement.

Au lieu de squatter Gossip Girls et Glee, vous avez des séries qui sont vraiment bien foutues et qui proposent quelque chose de vraiment différent.

Tremé est la nouvelle série de David Simon, le créateur de la série culte
The Wire (dont je vous avais déjà parlé).
L’histoire se passe à la Nouvelle Orléans qui vient de se prendre Katrina en pleine face.
Tremé est un quartier populaire ou le jazz new orleans est légion et rythme de façon magistrale la difficile vie de ceux qui ont choisi de rester et qui tentent tant bien que mal de reconstruire leur ville.
Pour le moment seulement la première saison est disponible, la deuxième devant être diffusée courant avril de cette année (c’est à dire très bientôt).
Tremé nous offre la joie de revoir certains acteurs de The Wire, à savoir Clarke Peters et Wendell Pierce. Il y en à d’autres qui passent un peu comme des « guest stars » (le terme est complètement débile quand on l’applique à une telle série et à de tels acteurs), pour ceux qui ont vu The Wire vous les reconnaitrez et saurez apprécier.
Un chef d’œuvre de sentiments humains mis en avant comme Simon sait si bien le faire, une photographie magnifique, des acteurs qui mériteraient tous un oscar.
J’adore vous l’aurez compris.

Hero Corp est une série française créée par Simon Astier et Alban Lenoir.
J’ai découvert la série grâce à ma pote Clem, spéciale dédicace Bruce !
Hero Corp c’est l’histoire d’un mec (Simon Astier) qui doit aller enterrer sa tante perdue de vue depuis longtemps.
Il se retrouve dans un village pommé et découvre que les habitants sont tous des super-héros un peu losers sur les bords.
C’est une série bourrée d’humour, les dialogues font mouches, j’adore la toile de fond geek.
La force de cette série c’est de réussir à vous tenir en haleine, parce que certes c’est complètement débile tous ces super-héros qui font n’importe quoi, l’humour est l’élément clé, et pourtant, l’histoire vous rend aussi accro, il y a même du suspens.
Encore une fois, les plans caméras sont sympas, la photo est très belle.
Il n’y a que deux saisons de disponibles, car l’audience tv n’était apparemment pas au rendez-vous.
Pourtant, sur internet, la série rencontre un franc succès et il y a une véritable communauté qui supporte Simon Astier et Alban Lenoir (qui lui aussi joue dans la série).
J’en fais parti, il faut absolument lancer la production de la troisième saison, sinon cela va me laisser un goût amer…
On a déjà vu ce dont les geeks et autres accros du web sont capables de faire, alors soutenons la série pour au moins avoir la chance d’avoir une conclusion à l’histoire !

Pensées du lundi soir

Tout d’abord un peu d’hip hop, du bon, typiquement époque royale 90’s, dans la mentalité surtout, car People Under The Stairs perpétuent la tradition d’un hip hop sans concessions à base de samples funky et très smooth (un peu à la Slum Village où comme il est dit justement sur leur page Wiki, A Tribe Called Quest).
« Acid Raindrop« , c’est parfait comme chanson de lundi soir, à la fois cette mélodie mélancolique mais ce message/flow très peace et reposant.

Ensuite, séquence ciné.
Je rentre tout juste de The Fighter, je vous le recommande vivement.
Difficile en quelques lignes de dire tout ce qui m’a plu dans ce film, c’est un mélange de sentiments humains très justement mis en scènes, un Christian Bale étonnant (très loin de ses rôles à la Batman), Mark Wahlberg qui tient bien son personnage de petit frère admiratif. Pour ceux qui auraient peur de voir un film dans la veine de Rocky je vous rassure tout de suite, les phases combats sont secondaires dans ce film (dommage ?), on est plus dans une ambiance; une petite ville pauvre et paumée aux states, l’amour sous différentes coutures…
Les prises de vues sont cool, j’aime beaucoup le style match de boxe sur Eurosport, l’aspect 90’s est très bien restitué.
Et surtout, bah oui, la trame de fond c’est la boxe. Donc je ne peux qu’aimer.

Et pour terminer une interview de Josh Homme, mon héros.
Les questions sont bien posées, ça change de ce que j’ai pu lire dans différents magazines. Plus intimiste.
Josh n’est pas un homme qui regarde derrière lui, il a toujours refusé de reformer Kyuss malgré les très nobreuses sollicitations.
Il le confirme une fois de plus ici.
Et pourtant il fait montre de nostalgie en parlant de la réédition du premier album, QOTSA (dans la veine de leur réédition de leur Rated R), qui s’ensuit d’une tournée (en mai à l’Olympia !).
Il explique qu’il s’est senti ré-inspiré de rejouer tous ces titres et que ces jours à l’hosto lui ont permis de prendre un peu de recul sur sa vie et ses objectifs.
Et il parle de la sortie d’un nouvel album cette année !
Interessant…
D’ailleurs c’est marrant mais il parle de se refaire une santé, stopper la clope et autres, mais également il dit qu’il s’est mis à boxer… Il est parfait ce Josh
A lire ici.

Sur ce, je vous souhaite à toutes et à tous une agréable fin de soirée sans prise de tête.

Undercity – Sous-terrains à New York

Undercity est un reportage tourné par Andrew Wonder qui suit Steve Duncan dans les bouches de métro à New York.
C’est complètement dingue et passionnant. J’adorerais suivre moi aussi Steve dans les dédales obscures de la ville sous la ville.

En prime, Steve emmène Andrew dans d’autres secret spots…

UNDERCITY from Andrew Wonder on Vimeo.

Et assurez-vous de checker le site de Steve www.undercity.org

Daft Punk – Tron Legacy

Les Daft Punk s’essaient à la B.O pour le film Tron Legacy.
Et je trouve que c’est un exercice réussit !

Avec brio même.
Car ce n’était pas évident je pense de réussir à composer une bande son qui colle au film sans s’enfermer dans son style ou bien ses réflexes de compo mais en ne reniant pas non plus son identité musicale.
Daft Punk a relevé le défi et cette BO s’écoute avec plaisir et vous laisse entrevoir le film et son univers.
Nappes de cordes, accents electro, suspens… Les ingrédients sont parfaits pour cet album tout en néons.

On aura quand même le droit à deux titres très Daft avec « Derezzed » et l’éponyme « Tron Legacy« .

Vivement le film maintenant !

Découvrez la playlist Daft Tron avec Daft Punk

The Wire

Je viens de regarder la bande annonce d’un film qui ne devrait pas trop tarder à sortir, Centurion, et en voyant l’un des acteurs (Dominic West) ça m’a rappelé que je voulais depuis longtemps vous recommander  de regarder la série The Wire.

Vous recommander fortement même…

On m’avait dit, « mec, regarde cette série, sérieux ». Et puis j’ai regardé le premier épisode. Je me suis dit, « hmm moué ». Deuxième épisode, « ça y est c’est l’amour ».
5 saisons, Baltimore, police, gangs, méchants, gentils, gentils méchants, méchants gentils, confusion, réalité, humains… Fantastique !

C’est vraiment le genre de série qu’on se doit d’avoir en dvd chez soi, bien rangée et mise en valeur dans sa bibliothèque.

The Toxic Avenger

toxic_avenger_affiche

Melvin est un brave mec qui a toujours le sourire aux lèvres, il est le « mop boy », le gars qui passe la serpillère dans la salle de sport de cette petite ville collée à New York, Tromaville…
Tout le monde se fout de la gueule de Melvin jusqu’au jour où il tombe dans un baril de déchets toxiques…

The Toxic Avenger est une suite de films hyper kitchs des années 80 avec un humour genre 6ème degré et une bande son glam rock comme on les aime.
Produit par la « factory » Troma Entertainment, avec Lloyd Kaufman et Michael Herz aux commandes,  c’est de la bombe !

Il y a eu 4 films en tout, 4 films tous plus tarés les un que les autres…
Avec toujours cette espèce de bonne humeur qui est carrément contagieuse (on en aimerait presque les 80s…).

Des classiques du genre, si vous voulez passer une soirée dont le thème serait « wtf, n’importe quoi ! », et « yeah rock on, vive Mötley Crüe », les Toxic Avenger sont pour vous.

Last Conversation

last-conversation-film

Une actrice, Johanna ter Steege.
Une voiture entourée de 25 caméras.
Un film néerlandais original.

A l’occasion de la seconde édition du festival du film néerlandais à Paris qui se tient du 3 au 23 mars 2010, je suis allé voir Last Conversation de Noud Heerkens.
75 minutes de solitude.
75 minutes pendant lesquelles Johanna ter Steege n’a d’autres artifices que son regard et son kit main libre pour entrainer le spectateur dans une introspection des contradictions de l’amour liant des amants…

Un tour de force tourné en deux jours.
La prestation de Johanna ter Steege est tout simplement splendide, sa beauté toute aussi naturelle que son jeu d’actrice suffit à vous captiver tout le long du film…

Marraine du festival vous pourrez la rencontrer et lui poser vos questions si vous vous rendez à l’une des séances que l’institut néerlandais organise
Je vous invite à aller faire un tour sur cette page pour en apprendre plus.